Author Archives: Terralim SCOP

Intervention au colloque transition sociale et environnementale

Gilles Maréchal interviendra le 22 mars au colloque international « transition sociale et environnementale : alternatives et communs » organisé à l’université de Nanterre.
site du colloque ici

La relocalisation alimentaire de la ville d’Albi

Les étudiants du Master 2 Analyse de Projets et Développement Durable de Rennes 1 vous proposent un café-débat le mardi 28 mars à 19 heures au café associatif la bascule à Rennes. L’ « autosuffisance alimentaire », ça fait rêver !
Du 14 au 16 décembre 2016, nous sommes allé(e)s sur le terrain afin de voir en quoi cela consistait. Direction Albi pour rencontrer des acteurs engagés dans cette voie. À l’heure où Rennes lance son Plan Alimentaire Durable, nous trouvons intéressant de partager avec vous notre expérience.
Cette soirée sera l’occasion de discuter plus largement des problématiques liées à l’alimentation dans nos villes. Venez partager avec nous vos réflexions, vos interrogations et vos idées !
programme ici

Stratégie alimentaire du pays de Brocéliande

Dans le cadre du projet ATLASS (action locale pour l’alimentation solidaire et soutenable), Terralim accompagne le pays de Brocéliande. A partir du mois d’avril, « saveurs locales en Brocéliande » va relancer la dynamique de concertation dans le pays. Une étude sur l’emploi lié à la relocalisation de l’alimentation sera menée en parallèle.
saveurs locales en Brocéliande

Multiplicateur économique local et alimentation

Nous avons lancé un travail avec l’Unité Mixte de Recherche Innovation et développement dans l’agriculture et l’alimentation de Montpellier, pour évaluer l’impact économique des circuits courts.
Le travail passe par l’établissement d’une méthode de calcul du multiplicateur économique lié aux magasins de producteurs dans le cadre du projet MAGPRO

Rennes ville à croquer

Nous avons accompagné le travail d’un groupe de 24 étudiants de M2 d’Agrocampus Ouest. Ils ont proposé à la ville de Rennes 2 scénarios pour l’avenir de la Prévalaye, zone de 400 hectares aux portes de Rennes. Ils passent par la valorisation de la production fruitière et du bocage, plutôt à vocation productive dans un scénario, plutôt pour ouvrir un espace aux projets citoyens dans l’autre.